Certes à un moment où la création artistique contemporaine empreinte de multiples voies, faire de la peinture aujourd’hui devient un acte de résistance. Jonathan Paul est de ceux qui prospectent dans cette voie difficile et s’insère dans la lignée des peintres qui ont su mettre à distance la peinture afin de mieux l’interroger.

A l’aide de protocoles simples allant de combinaison de formes et d’emplacements issus de tirage au sort ou de formes découpées et de motifs récurrents, il rejoue et interroge la peinture et sa sacro-sainte « planéité ».  Les formes utilisées et déclinées sur le support pictural permettent d’interroger le geste du peintre, le rapport de la forme au fond et de la peinture en général.

Si à chaque fois, le principe interroge une composition différente, chaque élément véhicule la même quantité d’information et permet au spectateur de reconstruire à la fois l’espace et le processus du travail. La précision des signes utilisés et la tension des rapports de couleurs font que l’on s’attache aux procédés picturaux. Un des plus bel exemple étant « la coulure de peinture », autotélisme pictural récurrent !


Jean-Claude Demeure

Enseignant des cours de peinture

Ecole supérieure d’Art du Nord / Pas de Calais





© Jonathan M. Paul